François Bayrou 62

Blog de soutien à François Bayrou dans le Pas de Calais depuis 2007

Politique du gouvernement: "L'année 2013 devra être celle de la clarification"

Publié le 22 Décembre 2012 par bayrou62 in Mouvement Démocrate

Robert Rochefort

 

Sur le plateau d'i>télé, Robert Rochefort a appelé à ce que l'année 2013 soir "celle de la clarification": "François Hollande a donné, lors de sa conférence de presse, un coup de barre vers la politique de l'offre, dont notre pays a besoin. Maintenant, il faut du concret".


D'abord interrogé sur le déplacement de François Hollande en Algérie, le vice-président du Mouvement Démocrate a estimé « très bien ce qui s'est passé est bien ». « François Hollande avait la possibilité de trouver un point d'équilibre et il a été obtenu. L'important c'est l'avenir, au point de vue économique, geostratégique et humain, notamment en ce qui concerne les bi-nationaux. Des mots justes ont été prononcés par le président de la République, qui reconnaissent des choses sans aller dans une repentance exagérée. Il a indiqué qu'il parlerait de tout avec le président de la République algérienne. J'imagine que beaucoup de sujets ont été traités à huit clos », a analysé Robert Rochefort.

Pour le député européen, la question des visas attribués aux ressortissants algériens en est pour le moment au stade « des mots ». « Nous verrons si ces mots de François Hollande changent quelque chose à l'avenir. On voit en tout cas le poids de l'histoire : des visas un peu difficiles à obtenir sont interprêtés comme une difficulté entre les deux pays », a-t-il jugé. « Je pense que les choses se normaliseront. Pour les décennies à venir, l'Algérie et la France devront travailler ensemble, l'Algérie est encore trop fermée économiquement, il faut des accords gagnant-gagnant entre la France et l'Algérie », a pointé l'économiste.

« L'année 2013 devra être celle de la clarification »

En france, « l'année 2012 se termine dans une certaine confusion », a estimé Robert Rochefort. « L'année 2013 devra être celle de la clarification. Sur le plan économique, il y a eu une conférence de presse fin novembre, qui donne un coup de barre vers la politique de l'offre, dont notre pays a besoin, mais depuis rien de concret ne se met en place, les bonnes intentions sont là mais ne sont pas traduites par des actes. Sur d'autres sujets, il y a même des annonces de dépenses nouvelles ».

Un exemple : la conférence sur la grande pauvreté. « Dieu sait qu'il faut faire des choses pour sortir nos concitoyens de la grande pauvreté, mais les 2,5 milliards de dépenses nouvelles sont à la fois insuffisants pour aider nos concitoyens qui ne touchent que le RSA et en même temps ces dépenses ne sont pas compensées dans le budget de l'État. Une partie de nos partenaires européens seront en récession l'an prochain. La consommation des ménages ne résistera pas éternellement. Il faut donc que cette clarification intevienne », a-t-il détaillé.

Alors que le journaliste l'interrogeait sur une entrée du Mouvement Démocrate dans la majorité, Robert Rochefort s'est voulu clair : « Nous sommes dans un jugement pas à pas de ce qui est fait. Ce qui est bien, nous le saluons. Quand ça ne va pas assez loin, nous le disons aussi ». Selon lui, « la majorité de François Hollande s'effrite et se fissure. Il aura à trouver une nouvelle majorité. Piocher une personne ici, une autre personne là, ça ne fonctionnera pas. L'appui d'un courant modéré et large : c'est la direction où il faut aller », a défendu l'eurodéputé.

Contrôle public temporaire plutôt que nationalisation

« Le ministère du Redressement productif n'est pas une mauvaise chose. Quand Montebourg défend le Made in France, je suis derrière lui. Sur le dossier Florange, il y a eu une confusion, une manipulation des symboles qui a été très préjudiciable. Je ne crois pas que le contrôle public temporaire de l'entreprise soit indispensable dans ce cas. Je ne parle d'ailleurs pas de nationalisation, car elle veut dire quelque chose de symboliquement très fort, de retour dans le giron national et ça nous n'y reviendrons pas. »

Commenter cet article